Présentation

Notre Mission

Premier territoire des artisans d’art et des designers, Paris et l’Île-de-France offrent une scène incontournable pour les professionnels du secteur mais surtout des dispositifs de formations d’une grande richesse caractérisés par l’excellence des établissements, par la variété des formations (du CAP au doctorat) et également par la présence de grands partenaires culturels et artistiques à la renommée incontestée.
Le Campus d’excellence des Métiers d’Art et du Design – Paris, Manufactures des Gobelins porté par l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (Ensaama) est né de la volonté commune d’exploiter cette richesse remarquable, de valoriser ces formations d’excellence et de répondre aux besoins des industries créatives en s’associant aux entreprises, aux artisans, aux fondations et mécènes qui donnent vie à ce secteur économique dynamique.
Ce Campus d’excellence des Métiers et des Qualifications s’inscrit dans un partenariat d’exception avec le Mobilier national, également membre fondateur, et obéit, à travers cette collaboration fructueuse avec une grande institution du ministère de la Culture, à la volonté de valoriser les formations professionnelles portée par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en relation avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Conçu comme un véritable incubateur, espace de réflexion et d’échange unique en France, le Campus permet d’observer, d’analyser, de préconiser et de mettre en œuvre des expérimentations au service de l’innovation pédagogique, technologique et professionnelle et des enjeux incontournables du développement durable et de la transition écologique.

Ambitions & actions

Le Campus des métiers d’art et du design – Paris, Manufactures des Gobelins porte 4 ambitions fortes :
 

  • Promouvoir et valoriser les métiers et les formations d’excellence aux métiers d’arts et en design à l’échelle territoriale et internationale
  • Développer et adapter les formations en cohérence avec les perspectives économiques et sociales pour construire des parcours de réussite pour tous les publics
  • Faciliter l’insertion professionnelle tout au long de la vie et renforcer les échanges et les partenariats entre organismes de formation et acteurs économiques
  • Renouveler les pratiques professionnelles et accompagner le développement des formations et des entreprises par la recherche, l’innovation et l’évolution des compétences


Le mode d’action collaboratif se construit sur la coopération et l’articulation entre établissements de formation et entreprises :

 

  • Initiation et animation d’un réseau de coordination des acteurs franciliens des métiers d’art et du design
  • Développement de rencontres entre entreprises, designers et artisans d’art pour renforcer les collaborations et l’appropriation du design par les acteurs économiques
  • Développement de formations destinées aux salariés dans le cadre de plans de développement des compétences des entreprises partenaires et aux demandeurs d’emploi
  • Développement des rencontres entre jeunes artisans,  designers et recruteurs dans le territoire francilien
  • Réalisation d’un diagnostic partagé sur l’offre francilienne de formation en design et métiers d’art
  • Création d’une vitrine régionale présentant les projets de diplôme des étudiants
  • Organisation de workshops et d’ateliers pédagogiques inter-établissements innovants
  • Créations d’outils communs pédagogiques de suivi et d’analyse
  • Soutien à l’ambition entrepreneuriale par le développement de formations dédiées
  • Exposition et valorisation des recherches et des productions
  • Développement d’une politique internationale au service des formations

Gouvernance

Le Comité d'Orientation Stratégique (COS)

Placé sous la coprésidence du recteur de la région académique Île-de-France et de la présidente du conseil régional d’Île-de-France le Comité d’orientation stratégique a pour missions de :

Coprésidence

Christophe

Kerrero

Recteur de la région académique Île-de-France, Recteur de Paris, Chancelier des Universités de Paris et d’Île-de-France

Valérie

Pécresse

Présidente du conseil régional d’Île-de-France

Membres de droit

Charlotte

Baelde

Conseillère régionale déléguée chargée des campus des métiers et des qualifications

Bénedicte

Epinay

Déléguée générale du Comité Colbert

Olivier

Faron

Administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Directeur de l’Institut National Supérieur d’Éducation Artistique et Culturelle

Olivier

Fournier

Directeur Général Gouvernance et Développement des Organisations - Hermès international

Alice

Kamenka

Déléguée de région académique à la formation professionnelle initiale et continue de la région académique d’Île-de-France (DRAFPIC)

Hedi

Kouati

Chargé de mission à la Direction régionale des entreprises, de la ­concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) d’Île-de-France

Eléonore

de Lacharrière

Déléguée générale de la Fondation Culture & ; Diversité

Hervé 

Lemoine

Directeur du Mobilier national

Laurent

Scordino

Directeur de l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (Ensaama)  

Emmanuel 

Tibloux 

Directeur de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD)  

Personnalités qualifiées

Gaspard

Azema

Secrétaire Général régional ESRI, et de la Chancellerie des universités de Paris

Laure

Capron

Directrice de projet Formation Campus Orientation de la Région Île-de-France

Brigitte 

Flamand

Inspectrice générale Design et métiers d'art

Héloïse

Leboucher

Directrice opérationnelle du Campus des métiers d'art et du design, Paris - Manufactures des Gobelins

Stefano

Micelli

Professeur de Management International au département Management de l'Université Ca' Foscari de Venise

Le Comité de Pilotage Stratégique (COPIL) 

Le Comité de pilotage stratégique (COPIL) présidé par le directeur de l’Ensaama réuni l’ensemble des représentants des partenaires. Il se réuni deux fois par an. Il a pour missions de :

 

Le Comité technique (COTECH)

Le Comité technique (COTECH) a pour rôle de mettre en œuvre le programme d’action arrêté par le COPIL et de coordonner l’avancement des groupes de travail. 

Les groupes de travail sont composés d’un expert et de représentants des partenaires.

 

On distingue 4 groupes de travail 

Lieu iconique

Depuis plus de trois siècles, le Garde-Meuble royal, devenu Mobilier impérial puis Mobilier national, conserve, restaure et entretient environ 100.000 objets mobiliers et œuvres textiles destinés à l’ameublement des résidences présidentielles. Il perpétue la transmission d’un savoir-faire d’exception et conduit des recherches pour l’innovation. La Manufacture nationale des Gobelins qui accueille le Campus dans ses murs est rattachée à l’administration du Mobilier national depuis 1937. L’implantation du Campus à la Manufacture des Gobelins se traduit par l’utilisation d’espaces dont l’usage est pensé dans une perspective de collaboration avec les équipes du Mobilier national.

Les espaces s’organisent autour de trois fonctions complémentaires :

  • La dimension de démonstration et d’exposition – répondant aux enjeux liés à l’attractivité de la filière et la valorisation des savoir-faire et des métiers
  • La dimension de rencontre et d’expérimentation – répondant aux enjeux d’innovation pédagogique liés au croisement des démarches et aux nouveaux modes d’apprentissage et de formation
  • La dimension de centre de ressources et de recherche – liée aux enjeux d’innovation technologique, aux besoins des métiers de demain, à l’insertion professionnelle et au développement de la recherche.


Ces plateformes offriront un complément aux ateliers de production et aux centres de ressources des différentes partenaires pour développer des pratiques innovantes :

  • Fablab mettant à disposition des technologies de pointe dédiées au prototypage rapides, idéales pour ajuster et valider une conception, un design, un assemblage et expérimenter des modes de production
  • Matériauthèque offrant un fond entièrement numérisé dédié aux matériaux innovants entrant dans la démarche du développement durable et de la transition écologique.
  • Espaces de co-working
  • Centre de recherche sur la couleur
  • Centre de documentation

Le secteur économique

Les métiers d’art et le design relèvent du domaine des industries créatives et recouvrent une multitude de métiers. Ce secteur connaît aujourd’hui un fort engouement sur la scène internationale et les activités relevant de ces industries sont considérées comme un avantage stratégique et un moteur de l’économie.

Caractéristiques des métiers d’art

L’Institut National des Métiers d’Art (INMA) estime qu’en 2018 il y aurait en France 60 000 entreprises de métiers d’art tandis que l’Institut Supérieur des Métiers (ISM) estime dans sa dernière étude, mise à jour en mars 2019, que l’ordre de grandeur le plus pertinent pour dénombrer les entreprises relevant du périmètre des métiers d’art est de 70 000 entreprises. L’étude s’appuie sur le code APE des entreprises et identifie 52 activités relevant des métiers d’art. Il s’agit là uniquement des entreprises artisanales, les grandes entreprises et les multinationales qui emploient des salariés dans le domaine des métiers d’art ne sont pas recensées.

Creuset historique des métiers d’art avec une activité intense aux XVIIIe et XIXe siècles, la région Île de France concentre le plus grand nombre d’entreprises métiers d’art en France (20 %). Elle représente 5 200 entreprises artisanales (soit près de 3% de l’ensemble de l’artisanat régional) qui emploient au total 7 850 salariés et artisans.

La Région Île de France porte sur son territoire les salons professionnels internationaux les plus importants du secteur : le Carrousel des métiers d’art et de création, le Salon du patrimoine culturel, Maison & ; Objet, la biennale de Pantin Est-Ensemble, le salon Révélations, le Salon du patrimoine culturel. Par ailleurs, les nombreux musées parisiens ou nationaux font appel aux meilleurs artisans de France pour préserver et rénover leurs dorures, tapisseries, tissus, livres anciens, etc., tandis que de grands lieux de spectacle (Comédie française, Opéra de Paris, etc.) font travailler décorateurs, accessoiristes ou costumiers. La région accueille aussi quelques manufactures prestigieuses qui génèrent des emplois : manufactures des Gobelins, de Sèvres ou de la Savonnerie. Ces lieux sont donc des pourvoyeurs d’emplois non délocalisables et à activité pérenne.

L’industrie du luxe, acteur décisif

Les entreprises du luxe mettent en œuvre des savoir-faire multiples, au service d’une création ambitieuse. Portés par une dynamique permanente d'innovation et une culture approfondie de l’excellence, ils jouent un rôle déterminant dans la transmission et le rayonnement des métiers d’art. Les 83 maisons de renom regroupées au sein du Comité Colbert affichent un chiffre d’affaires cumulé de plus de 42 milliards d’euros dont 86 % réalisés par les ventes hors de France.

Le secteur du luxe constitue leur principal débouché économique des métiers d’art, mais, si cette relation est essentielle et même vitale pour les métiers de la création, elle n’est toutefois ni exclusive, ni systématique.

On distingue différents segments du luxe dans lesquel les métiers d’art et le design interviennent à de multiples niveaux :

  • le super luxe, qui regroupe des produits souvent uniques et sur mesure (haute couture, haute joaillerie, argenterie, cristallerie…)
  • le secteur intermédiaire, qui correspond au secteur traditionnel du luxe (prêt-à-porter, maroquinerie…)
  • et le luxe accessible, « luxe des sensations et des plaisirs » (parfumerie, gastronomie…).

Le Design, facteur de compétitivité

Par sa capacité à anticiper les usages, le design accompagne les entreprises dans leurs projets d’innovation et de plus en plus de services publics font appel à des designers pour accompagner leur projet de transformation. L’Île de France dispose de nombreux atouts : des designers de renom, un réseau d’écoles et de lieux de soutien à la création diversifié, des entreprises internationales plaçant le design au cœur de leur stratégie de développement. À travers sa capacité à anticiper les usages, des études démontrent la plus-value du design – ou des designs – comme levier de transformation, facteur d'originalité, accélérateur de mutation, capable d’intervenir dans des champs extrêmement variés.

Le design génère un avantage compétitif pour les entreprises par son impact sur la commercialisation d’un produit/service et par le management de l’innovation.

Dans les entreprises qui investissent deux fois plus que la moyenne dans des ressources créatives, la probabilité de lancer des produits innovants est ainsi 25 % supérieure.